Des pommiers peu sensibles aux maladies pour un jardin bio


La plupart des variétés de pommes modernes s’avèrent très sensibles aux maladies (tavelure, chancre, oïdium…) ou aux ravageurs (pucerons lanigères, carpocapse). Normal, car elles descendent presque toutes des mêmes variétés sensibles et leur consanguinité aggrave les risques.

Sans traitements chimiques (plus de 30 par an en verger professionnel), il s’avère difficile de les cultiver dans un jardin, même avec des méthodes biologiques.

Les nouvelles variétés modernes peu sensibles à la tavelure, la principale maladie des pommiers (comme Ariane®, ou Topaz) constituent un progrès. Mais cette résistance n’est pas stable et  la maladie peut s’adapter, muter et reprendre le dessus.

Toutefois, la nouvelle variété « Ligita » possède une résistance à la tavelure, au chancre, à l’oïdium portée par plusieurs gènes ce qui lui permet d’être beaucoup plus durable. Mais pour le moment, il n’est possible d’en trouver qu’en Belgique.

pomme patte de loup

pomme patte de loup, variété ancienne résistante

 

 

Dans l’attente de nouvelles variétés vraiment résistantes à long terme,  choisissez des variétés anciennes, réputées pour leur résistance globale aux maladies et aux ravageurs. Elles étaient cultivées couramment  jusqu’au milieu du 20ème sans assistance  chimique et produisaient suffisamment, bon an, mal an, pour nourrir les familles.

Parmi elles :  Grand Alexandre, Transparente de Croncel, Melrose (vieille variété américaine d’origine anglaise), Reinette grise du Canada, Reinette Clochard, Reinette du Mans, Reinette d’Armorique, Chailleux, Bénédictin, Jacques Lebel, Reinette Dubuisson, Fil Jaune, Patte de Loup, Pomme d’amour, Pomme d’Orange… La plupart sont assez fermes, juteuses, douces et sucrées, peu acides.

 

Article publié dans l’Ami des Jardins et de la Maison de février 2014

Publié dans Actualités, Médias